LA GÉNÉRATION 101

78 min, documentaire, Québec, Canada, 2008
RéalisationClaude Godbout
ProductionEurêka ! Production
Langueanglais/français
Description courteLes enfants de loi 101 prennent la parole ! Un documentaire riche et éclairant !

Acheter le DVD

Critiques de presse

Bien plus loin que la question épineuse de la protection du français au Québec, c’est le thème de l’intégration culturelle que Godbout aborde en démystifiant quelque peu un aspect méconnu de la question : ce que vivent les immigrants. La Grande Époque Le film incite au débat, à la réflexion... et peut-être à l'action. Le Devoir Que sont devenus les jeunes de la loi 101? Que sont devenus les immigrants allophones forcés d’étudier en français? Claude Godbout (producteur de Les ordres) retrace le parcours de quatre de ces jeunes qui parlent aujourd’hui un français meilleur que bien des Québécois de souche et qui, chacun à sa manière, s’investit dans sa société d’accueil. Le Soleil

Détails du film

Synopsis

Le documentaire La génération 101 propose un long panoramique sur une génération qui n’a pas fini de nous émerveiller. Au-delà des débats linguistiques et identitaires qu’il soulève, La génération 101 évoque une histoire d’amitié et de partage. Il présente le parcours atypique de quatre jeunes immigrants qui, chacun selon ses convictions, s’impliquent dans leur nouvelle société. Ils dénoncent le racisme, le chômage qui frappe certaines communautés, et s’interrogent sur l’insertion de ces centaines de jeunes immigrants qui maîtrisent aujourd’hui parfaitement le français, mais qui n’ont pas développé, comme eux, de réels contacts avec la société d’accueil. En fait, quel est l’avenir culturel du Québec dans une société de plus en plus métissée? À la fin de La génération 101, malgré les questions et les doutes, on assiste à la naissance d’une nouvelle société québécoise, parlant toujours en français, mais multilingue et ouverte sur le monde.

 

Équipe

Scénario et réalisation : Claude Godbout

Montage : Jean Roy

Directeurs de la photographie : Alex Margineanu et Nathalie Lasselin

Prise de son : Stéphane Barsalou et Philippe Scultéty

Musique originale : Jérome Langlois

Production : France Choquette et Jean Roy (Eurêka ! Production)

Adjointe à la production : Marie-Justine Fournier

 

Partenaires financiers

Fonds canadien de la télévision

Télé-Québec

SODEC

Patrimoine canadien

 

Réalisateur

Claude Godbout

Claude Godbout a débuté sa carrière cinématographique comme acteur, en 1964, dans le long-métrage de Gilles Groulx Le chat dans le sac. Suite à un séjour de perfectionnement à Paris, il délaisse graduellement ses activités d’acteur pour co-réaliser, avec Georges Dufaux, L’homme Multiplié (1969). En 1970, il est membre fondateur des Productions Prisma. Pendant trente ans, Claude Godbout et l’équipe de Prisma produisent plusieurs longs-métrages, des documentaires et des centaines d’émissions pour la télévision canadienne et étrangère. Parmi ces oeuvres, nous retrouvons : Les Ordres (1974) de Michel Brault et Les Bons débarras (1979) de Francis Mankiewicz. Il a produit également : Comme les six doigts de la main (1978) d’André Melançon ; Les servantes du bon Dieu (1978) de Diane Létourneau ; Platinum (1997) de Bruce McDonald; la série télévisée Urgence de Réjean Tremblay et Fabienne Larouche et Earthwatch de Donald Brittain. Claude Godbout a réalisé, dans la série Les grandes villes du monde (Pathé Cinéma), le documentaire Montréal ainsi que Profession Écrivain. Depuis, il a collaboré à de nombreux développements de projets et produit le documentaire Le journal d’un fou (2001) de Mark Blandford. Il a participé à titre de producteur associé à la mini-série René Lévesque réalisée par Marc Renaud. En 2004, il a été conseiller à la scénarisation et à la production de La Chambre 13, une série dramatique qui réunit les oeuvres de plusieurs jeunes réalisateurs. Depuis 2006, il se consacre à la réalisation de La génération 101 (2008). Il agit présentement à titre de producteur et de conseiller à la scénarisation pour la série documentaire Cinéma Québécois.