PALMERINO

47 min., Documentaire, Québec, Canada, 2002
RéalisationPascale Ferland
ProductionPascale Ferland
LangueFrançais, italien
Regis du cinemas, general

Détails du film

Synopsis

L’artiste Sergente Palmerino et sa femme perdent dans un incendie leur commerce, leur logement et tout ce qu’ils ont créé à Montréal depuis la fin des années 30.

 

Situé non loin de Saint-Henri, le quartier où ils ont toujours habité, le nouvel appartement des Palmerino est séparé en deux. Une petit chambre constitue l’univers de création de Papa, tandis que la cuisine, où habite la Mamma, fleure bon l’Italie par les mets qu’elle y prépare. Un va-et-vient continuel anime le logement des Palmerino. Parents et amis viennent tour à tour visiter le couple. Papa regrette beaucoup ses anciens clients. Il s’ennuie et les matériaux manquent pour la création artistique. Heureusement, il y a Dieu pour s’accrocher à la vie et la Mamma pour faire à manger !

 

Nous suivons ces personnages en les regardant évoluer dans leur environnement excentrique. sur une période d’un an, ce film veut documenter l’évolution d’une obsession de créer et, au passage, trace le portrait de ce couple d’italiens immigré au Canada depuis plus de soixante ans.

 

Crédits

Produit et réalisé par Pascale Ferland

Image : Martin Plouffe et Pascale Ferland

Images supplémentaires : Manuel Foglia et Francois Vincelette

Montage : René Roberge

Mixage sonore : Michel Caron

Musique : Luzio Artobelli, Jean-Pierre Duchesne, Jean-Francois Dumas

Avec  : Sergente Palmerino, Maria Sorgente, Thérésa Sorgente, André Desjardins

Réalisation

Pascale Ferland

Au cours de ses études en arts visuels à l’UQAM, Pascale Ferland réalise plusieurs vidéos d'art dont certaines furent primées dans le milieu académique. Après s’être consacré à la sculpture, elle signe en 2003 un premier long métrage, L’Immortalité en fin de compte, finaliste pour le Jutra du meilleur documentaire, puis elle fonde Qui vivra verra films afin de produire ses propres réalisations, dont L’Arbre aux branches coupées (2005), tourné en Russie. Suite à la faillite retentissante du distributeur indépendant Cinéma Libre en 2005, elle s’implique activement avec quelques autres cinéastes, et fonde Les Films du 3 mars, dédié à la distribution de films d’auteur et documentaire. S’ensuit Adagio pour un gars de bicycle (2008), sélectionné en tant que film de clôture des RVCQ et – comme ses autres films –, remarqué par la critique et sélectionné dans plusieurs festivals nationaux et internationaux. En 2007, le Prix « Victor-Martyn-Lynch-Staunton » lui est décerné pour la qualité exceptionnelle de ses réalisations. En 2012, elle scénarise, réalise et produit un premier long-métrage de fiction, Ressac, un film-essai réalisé en collaboration avec la communauté de la ville de Chandler, en Gaspésie.